Et après ?

Après la laryngectomie, l’objectif principal doit être « vivre presque comme avant »,  avec en priorité retrouver un moyen d’expression orale.

Pour les porteurs d’implant phonatoire, l’apprentissage est court,  pour les autres il faut avec l’aide d’un orthophoniste, apprendre une nouvelle voix : la voix œsophagienne.

L’acquisition de cette nouvelle voix est essentielle pour garantir une réinsertion sociale, familiale ou professionnelle.  Pour ceux enfin qui n’en ont pas la possibilité,  il existe des prothèses électroniques externes.

Dans tous les cas, il faudra également avoir une bonne hygiène de vie et un suivi médical régulier. Pour réaliser tous ces objectifs la fréquentation d’une association d’anciens malades est un atout considérable.